mercredi 1 juin 2016

Histoire de crotte


Depuis que je suis maman, ma vie est remplie de petits moments tout aussi glorieux les uns que les autres. Je ne vais pas vous sortir de violons, vous parler du premier sourire de bébé ou du moment où j’ai cru comprendre qu’elle disait enfin maman. Ne-non. Selon moi, c’est dans les petits détails du quotidien qu’on trouve le bonheur. Mon p’tit moment précieux a été quand Crapounette de 14 mois a dit bye bye à son caca. Ceci fait avec sa p’tite main et avec sa p’tite voix de personnage de Pixar. Le summum de la mignontitude.

De tous les endroits au monde, la table à langer un des endroits préférés de ma fille lorsqu’elle était plus mini que mini. Sous des airs de B-A-B-I (a.ka. bébé aux besoins intenses), ses premiers mois ont été ponctués de pleurs, de crises, de pleurs et de crises. C’est comme si elle était prisonnière de son petit corps trop tonique. Bref, vous voyez le portrait? Couchée sur la table à langer, c’était tout un autre univers. Elle se faisait brasser par papa. Les chansons étaient aussi improvisées qu’absurdes. Elle en redemandait. Par-dessus tout, on pouvait connecter les yeux dans les yeux. Quand elle a réussi à s’ouvrir au monde et qu’elle a eu plus de fun ailleurs, se faire changer la couche a perdu son attrait et le simple fait de se diriger vers la table à langer était assez pour lui briser le coeur. V’lan la crisette! Essayer d’essuyer les fesses d’un petit bacon en train de frire… Vite, il fallait la distraire, lui donner n’importe quel objet illicite pour l’occuper le temps de conclure l’affaire d’un coup de lingette. Vite, vite! N’importe quoi pour désamorcer la crise! 

Mais ça, c’était avant qu’elle découvre l’attrait de la boulette… Pour vous faire une histoire courte, on utilise des couches lavables. Lorsqu’il y a un précieux, on le flippe dans la bolle… ni vu ni connu. Avec un feuillet en polar, rien de colle. Un charme, j’vous dis! Et ma crapounette a vu ça avec son p’tit œil de bébé allumé qui découvre la vie. Elle a dit: « Ba-ba-bye »! 


J’étais pas peu fière. Crapounette a compris quelque chose de gros en l’espace d’une petite crotte filant vers son destin. Un : il y a des limites à se balader avec son butin aux fesses. Deux : même si elle n’aime pas se faire changer la couche, la table à langer est un passage obligé pour se débarrasser d’une boulette. 
Je ne suis pas Capitaine Scato, mais voilà un sujet qui ne me fait pas peur. Enfin un défi de la maternité à ma hauteur ! Un jour, je vais lui tenir les mains en inventant des chansons de crottes pendant qu’elle teste le petit pot. 

À moi Le grand voyage de Monsieur Caca, la surutilisation du Crayola brun pour illustrer la chose (autre chose que des troncs d’arbre! Yé!) et la danse du Activia for her eyes only. 

J’ai déjà hâte !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un commentaire:
Dans le menu ci-bas, sélectionner ANONYME si vous n'avez pas de blogue (mais laissez votre nom svp!)